Intervention  de Patrice VOIR

Vous proposez au Conseil municipal de délibérer sur la contribution du Centre communal d’action sociale de Grenoble aux dépenses engagées par la Ville de Grenoble dans le cadre du projet Claudel.

Rappelons en préambule que la CRC a en septembre 2018 pointé votre gestion de ce dossier de manière assez sévère !

Elle rappelait que :

« Les élus municipaux bénéficient par principe d’un droit à l’information, ainsi qu’en dispose le CGCT en son article L. 2121-13 : « Tout membre du conseil municipal a le droit, dans le cadre de sa fonction, d’être informé des affaires de la commune qui font l’objet d’une délibération ».

Et elle pointait :

« Pourtant, les données de la note de synthèse fournie au conseil municipal sont lacunaires. Si l’ordonnateur, en réponse au rapport d’observations provisoires de la chambre, indique que des informations plus précises ont été données lors de commissions, la chambre observe que c’est le conseil municipal lui-même qui devait être convenablement informé de ce projet de regroupement aux incidences organisationnelles et financières fortes. Alors que l’acquisition doit permettre la libération de nombreux sites municipaux, aucune indication n’est donnée sur les services et les bâtiments ni sur les recettes potentielles issues des bâtiments libérés (par location ou cession), la maîtrise des coûts étant pourtant un des axes principaux du projet de regroupement. Les conseillers municipaux n’ont pas eu d’information sur l’état du bâtiment dont l’acquisition est envisagée, alors même que les services municipaux avaient effectué une analyse. »

 

« Aucune indication n’est donnée non plus sur les coûts prévisibles d’aménagement alors que les services avaient transmis au maire et à l’adjointe déléguée au patrimoine municipal une note chiffrant les aménagements nécessaires au moins entre 1,4 et 1,9 M€. »

« La comparaison entre le bilan prévisionnel de l’opération effectué en décembre 2014 et le bilan actualisé en février 2018 par l’ordonnateur montre que le bilan financier prévisionnel de l’opération se dégrade, du fait du prix d’acquisition du bâtiment retenu, des recettes de loyer très inférieures à celles envisagées, et des travaux d’aménagement substantiellement revus à la hausse. »

« L’ordonnateur explique en particulier cette augmentation du coût des travaux par le fait que l’étude initiale ne prévoyait qu’une installation en l’état, sans développer un projet plus ambitieux ni une amélioration substantielle des conditions de travail pour les services concernés. »

 

C’est également ce que déclarait que Jérôme Safar dans son intervention lors du conseil municipal du 21 décembre 2015

« Ce qui me gêne dans cette délibération c’est qu’elle aurait pu arriver plus tôt dans le conseil, c’est qu’elle est très légère dans sa présentation »

« Nous  sommes un peu plus inquiets que vous sur le fait d’y trouver ou pas de l’amiante demain mais on verra quand on va commencer à regarder les travaux d’aménagement peut-être qu’il y aura quelques surprises ce que nous ne souhaitons pas. »

« Mais, il manque les aspects d’approches budgétaires et de calendrier les plus élémentaires pour nous prononcer totalement favorablement ce soir. »

« Quels seront les coûts d’aménagements puisqu’il y aura forcément des coûts aménagements ?  Comment seront-ils financés ? »

 

Ces inquiétudes étaient fondées puisque depuis cette acquisition, le budget travaux/aménagement  n’a cessé  d’augmenter.  

·       En 2015 : 1,8 à 2,3 millions d’euros

·       En 2017 : 3,2 millions d’euros  + 0,6 millions pour l’informatique

·       En juillet 2019 : ce montant est de 4,940 millions d’euros

 

Quel sera le montant définitif ?  Il est plus qu’urgent d’avoir un plan de financement clair et définitif !

 

D’autant que si le budget explose , on constate dans le même temps qu’on rogne sur les conditions de travail des agents et l’aménagement d’espace de travail en open space.

Et aujourd’hui vous demandez au CCAS de participer !

Nous rappelons que vous avez déjà baissé fortement le budget du CCAS de 25 millions à 18 millions

Nous rappelons aussi vous avez fait  porter le coût la mutualisation (ville/CCAS) de certains membres du personnel du CCAS uniquement sur le CCAS en baissant la subvention de fonctionnement au CCAS de 1,2 millions.

Enfin rappelons que si vous avez décidez sans aucune concertation de sortir le CCAS de son implantation actuelle à La Villeneuve pour le faire venir rue Paul Claudel,  le CCAS reste quand même pour beaucoup d’habitants de Villeneuve une présence extrêmement importante !

Nous vous avions demandé « quel service public fort serait maintenu sur le quartier de Villeneuve » … nous attendons toujours votre réponse.