Intervention  d’Anouche AGOBIAN

Je commencerai mon intervention en lisant les premières lignes de  cette délibération

« Les bibliothèques ont été l’objet d’une mobilisation soutenue ces dernières années, par laquelle les Grenobloises et les Grenoblois nous ont signifié leur attachement à ce service public qui joue un rôle particulier dans la politique culturelle municipale »

Vous oubliez de mentionner que les grenoblois se sont mobilisés ces dernières années contre vos décisions qui ont porté atteint au réseau des bibliothèques !

Je poursuis :  « Nous partageons cette promesse démocratique que porte une politique de lecture publique ouverte, universelle »

Vous oubliez de préciser que votre politique d’ouverture et d’universalité a consisté à fermer trois bibliothèques !

Je continue : « C’est pour cela que nous avons lancé, à la fin de l’année 2017, le « Plan lecture 2018-2025 » :

Là encore vous oubliez simplement de dire que vous avez utilisé la démarche du plan lecture pour échapper à la votation sur les bibliothèques !

Un rappel : à votre arrivée en 2014 Grenoble était la 2ème ville de France en terme de  réseau de lecture publique et 70 % de l’accès aux bibliothèques était déjà gratuit !

Une question : pourquoi avoir augmenté le tarif des bibliothèques en 2016 en faisant passer le tarif pour les grenoblois de plus de 26 ans de 16 € à 18 € et surtout pourquoi pour les plus de 65 ans ce tarif est passé en 2016 de la gratuité à 18 € !

Peut-être arriverez-vous à bluffer certains qui pourront être ébahis par tant de clairvoyance et se laisseront berner puisque ils n’auront pas l’histoire complète !

Mais d’ici les élections municipales de 2020 ne comptez pas sur les Grenobloises et les Grenoblois pour avoir la mémoire courte.

Ils se souviendront parfaitement que vous avez décidé au cours de ce mandat de fermer trois bibliothèques de quartier sans aucun état d’âme et pour des économies budgétaires d’un niveau ridicule.

Ils se souviendront parfaitement que vous n’avez pas tenu compte précisément de cette forte mobilisation qui s’est exprimée sous la forme d’une pétition qui a rassemblé plus de  4000 signatures en trois mois  et que par une « manip » de bas étage vous avez vous-même fait le choix de ne pas respecter vos engagements de proposer à la votation le maintien des bibliothèques.

Plus d’une quinzaine de conseils municipaux sous haute surveillance policière  sans que cela ne vous apporte la moindre émotion ! Quel gâchis !

A un an des élections municipales vous avez décidé de vous mettre en campagne et d’ouvrir la « boîte à promesses » quitte à même proposer l’inverse de ce que vous avez fait au cours de votre mandat.

Ainsi  vous avez augmenté la totalité des tarifs municipaux sur ces 5 dernières années et vous proposez aujourd’hui la gratuité pour les bibliothèques.

Ainsi vous avez fermé trois bibliothèques et vous proposez pour l’avenir non seulement de restaurer celles qui le nécessitent  mais aussi de créer un immense « vaisseau amiral » dont personne n’a jusqu’à aujourd’hui ressenti le besoin mais qui vous permettra comme pour d’autres projets de promettre le meilleur « pour plus tard » en remettant à vos successeurs la charge de réaliser vos engagements de campagne.

Quand on voit ce que vous avez été capables de faire depuis votre arrivée, on peut être que très dubitatif !

·       Ou en est le plan école ?

·       Ou en est le plan accessibilité ?

·       Ou en est le plan sur  la sécurité ?

·       Ou en est le plan pour nos personnes âgées ?

·       Ou en est la restructuration des théâtres ?

La liste est tellement longue !

Tout le monde aura bien compris que vous êtes en campagne, et que cette délibération ne sert que votre propagande et sera en bonne place dans vos promesses pour un hypothétique second mandat

Vous avez crié au loup en prétextant la faillite et la mise sous tutelle de notre ville et maintenant au début de votre cinquième année vous sortez la planche à billets tout en sachant que votre gestion a dégradé la situation de la ville et a repoussé à l’après 2020 ce que vous n’avez pas voulu endosser à commencer par la réduction de l’endettement.

On ne pourra pas vous enlever cette marque de fabrique qui aura caractérisé la plupart des décisions de votre mandat : faire d’abord pour communiquer et pour votre image et réfléchir ensuite aux conséquences dans la vie de tous les jours des grenobloises et des grenoblois.

Aujourd’hui vous nous proposer la gratuité.

En le faisant vous ne faites qu’anticiper une future « loi lecture » qui devrait porter la gratuité de toutes les bibliothèques dans ses objectifs !

Il est difficile de comprendre votre cheminement qui consiste à répondre par la gratuité totale à un objectif d’augmentation de la fréquentation des bibliothèques à partir du moment où toutes les bibliothèques de Grenoble sont déjà accessibles gratuitement à plus de 70 % de la population …. Et ce, depuis longtemps.

Ce qui est inacceptable, c’est qu’aujourd’hui, vous nous proposez la création d’une grande bibliothèque tête de réseau

·       sans aucun élément chiffré

·       alors que le diagnostic temporel aurait dû être fait avant de décider ce plan et cette tête de réseau

·       sans hypothèse de localisation

·       sans même avoir étudié la faisabilité des projets

·       en vous en  remettant aux partenaires de la ville pour les réaliser sur l’Etat, le Département, la Métropole

Au final, beaucoup de conditionnel et de dialogues futurs qui ne donnent aucun début d’engagement aujourd’hui !

Mais il est une question à laquelle vous ne répondez pas : qu’est-ce qu’un service public gratuit : car il faut quand même une certaine cohérence, une certaine logique.

Alors que d’un côté vous fêtes payer le périscolaire, par exemple,  vous acclamez comme une victoire absolue la mise en place de la gratuité pour les 30 % restant qui ne bénéficiaient pas de la gratuité des bibliothèques.

Cela aurait pu être un débat très intéressant au sein de notre hémicycle, afin qu’une réflexion globale portée par nous tous puisse enrichir et concrétiser l’action de notre service public

Aujourd’hui les grenoblois n’ont pas besoin de ces artifices qui n’ont pour objet que de construire votre projet de campagne mais attendent la réouverture des bibliothèques fermées et le développement d’un service public de qualité.

C’est pour cela que nous demandons un vote séparé pour cette délibération :

·       nous voterons pour : la gratuité de l’accès aux bibliothèques

·       nous nous abstiendrons sur les 3 autres points

 

Intervention de Patrice  VOIR

En complément à l’excellente intervention d’Anouche AGOBIAN, on chercherait en vain la cohérence dans votre politique culturelle et en faveur de la lecture.

Je ne vais pas mégoter sur la gratuité, j’espère d’ailleurs qu’elle pourrait inspirer le SMTC pour ce qu’il est des transports.

Dans un article de Placegre’net, vous nous promettez en cas de réélection de mettre le paquet sur la culture et les bibliothèques. Alors il est vrai, il y a toujours un temps préélectoral, le temps des promesses et le temps de la mise en œuvre, le temps de la pratique.

Les bibliothèques sont des biens communs dites-vous aussi dans cet article, appartenant à tous comme le nom l’indique, des biens communs que pour certains d’entre vous n’avez pas hésité à fermer.

Ces fermetures bien sûr ne faisaient pas partie de vos promesses électorales, elles appartenaient au temps d’après, le temps de la pratique.

Quel crédit alors peut-on accorder à votre intention d’investir dans des lieux de proximité quand vous en avez fermé ?

 

Intervention de Paul BRON

Je voudrais donner un point de vue pour compléter les interventions de mon groupe et particulièrement sur la question de la gratuité des bibliothèques.

En matière de bibliothèques, on a déjà des retours sur le fait de la gratuité et ces retours sont : on lit moins mais on lit mieux !

Par contre, ce qui me questionne dans votre choix, c’est plus la question de la gratuité des services publics. C’est-à-dire pourquoi est-ce que vous n’avez pas lancé un débat pour voir pour quel service public, il serait intéressant d’aller vers la gratuité, plutôt que d’en décider une comme ça.

À Grenoble, il y a une question très forte autour de la gratuité des transports en commun.

Il a aussi des communes qui mettent en place une forme de gratuité des cantines scolaires. D’ailleurs Toulouse est revenu en arrière sur cette question-là.

C’est vraiment un sujet politique qui est complètement au cœur des politiques publiques des communes. Et cela sera certainement un enjeu fort des prochaines élections municipales.

Et autour de cela, il y a des questions à se poser et pour lesquelles, il n’y a pas de réponses évidentes.  Et voilà, il faut qu’on en débatte pour savoir quel est le meilleur choix.

Mais c’est cet aspect-là qui me dérange un petit peu au-delà de ce qui a été dit, pourquoi est-ce qu’il y a ce choix comme cela d’un seul coup alors que la question se pose dans plein  d’endroits.

Donc, j’aimerais bien que l’on puisse avoir ce débat ici ou sinon on l’aura dans un an au moment des élections municipales.