tetiere

Tribune de groupe dans Gre.mag – Les Grenoblois pénalisés par le dogmatisme

Grenoble a récemment été écartée de la mise en œuvre de deux dispositifs de politique publique pourtant indispensables.

Leur non déploiement, engage la responsabilité de la  municipalité qui par sa politique dogmatique et intransigeante vis-à-vis de l’ensemble de ses partenaires enfonce Grenoble dans l’isolement depuis quatre ans.

C’est tout d’abord Grenoble absente de la liste des villes qui bénéficieront de la Police de Sécurité du Quotidien. Cette désignation rendue incontournable par l’augmentation de l’insécurité à Grenoble ne s’est pas faite. Le choix de la municipalité de ne pas mettre les moyens indispensables pour prévenir et lutter contre l’insécurité aura donc fortement pesé.

De même, le récent rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures, a lui aussi tiré un trait sur la desserte ferroviaire de l’aire métropolitaine grenobloise. Comment ne pas y voir les conséquences du retrait unilatéral et sans préavis du projet Lyon-Turin décidé par l’équipe municipale ?

Il est aujourd’hui indispensable que le dossier majeur de l’ANRU Villeneuve Grenoble engagé en 2012 soit validé par l’Etat et ne subisse pas le même sort en raison des d’atermoiements de ce début de mandat.

A l’isolement de Grenoble vis-à-vis de nos partenaires s’ajoute la défiance de cette équipe vis à vis des Grenoblois toujours en attente de réponses aux enjeux locaux : sécurité, propreté, solidarité, service public municipal …

L’altération des espaces de débat démocratique en est la démonstration : suppression de 3 conseils municipaux sur 11 par an, maintien sans raison de conseil municipaux bunkerisés,  non-respect du dispositif de votation, déconfiture des Conseil Consultatifs Indépendants.

Lassés,  les Grenoblois, à l’instar des agents de la Ville et du CCAS, ont marqué leur désaveu en boudant les vœux du Maire.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire