tetiere

Courrier à Eric Piolle – La sécurité de nos concitoyens mérite clarté et engagement de tous

L’été a été particulièrement tendu à Grenoble et dans l’agglomération en termes de sécurité et de violence. Il n’est jamais bon de réagir « à chaud » après des évènements qui marquent et préoccupent à juste titre nos concitoyens qui aspirent à la tranquillité et à la sécurité.

Bien souvent, ce sont les plus fragiles d’entre tous les Grenoblois qui subissent les actes dont le degré de gravité nous interpelle en tant qu’élus, mais aussi en tant que parents soucieux de la sécurité de leurs enfants et du climat de sérénité auquel nous aspirons tous.

Pour notre part, jugeant le sujet suffisamment grave,  nous nous sommes refusés durant l’été à toute surenchère et à toute récupération politique, pouvant faire l’objet de manipulations et de récupérations démagogiques. Nous considérons toutefois, que la Gauche doit se saisir de cette question en responsabilité et proposer des réponses adaptées.

Nous avons lu les premières réactions de Madame Elisa Martin qui répondait aux différentes interpellations adressées à la mairie sur les actions de prévention, mais aussi sur l’activité de la Police Municipale. Comme elle, et comme toutes les personnes qui ont été amenées à s’exprimer durant l’été, nos pensées vont à la victime du meurtre gratuit qui a endeuillé notre agglomération et à sa famille. Cette dernière a souhaité ardemment que la dignité du débat politique l’emporte même si les mots employés par la mère du jeune Adrien, pour dénoncer une situation de violence gratuite et parfois extrême ont trouvé un écho chez chacun d’entre nous.

Ces mots, comme d’autres méritent une réponse claire évitant les effets d’annonce, mais aussi l’interprétation des chiffres. Ils appellent simplement à la mise en œuvre et la présentation des éléments constitutifs d’une politique de sécurité ou chacun doit jouer pleinement son rôle : l’État, le Département, la Métropole et la Ville de Grenoble.

Votre responsabilité est forte en la matière avec celles des autres maires de la Métropole, même si le rôle et la place de la ville-centre confèrent une responsabilité plus forte encore à votre équipe municipale.

Vous avez choisi à votre tour de vous exprimer sur les évènements qui ont marqué nos concitoyens. Vos propos tendent à donner des éléments de réponse sur l’équipement de la Police Municipale, le rôle renforcé de la brigade nocturne. Nous attendons de vous que vous clarifiez votre position sur l’usage de la vidéo surveillance : vous vous refusez à son développement voire à son utilisation et dans le même temps vous semblez vous satisfaire de sa présence dans certaines conditions. Vous ne manquez pas de mélanger les caméras utilisées pour la surveillance des bâtiments publics, pour la gestion des flux de circulation et pour la protection de l’espace public… Si vous le faites d’ailleurs, c’est parce que vous savez que cet outil est une aide non négligeable dans l’élucidation d’évènements se déroulant sur l’espace public. La preuve a été encore apportée cet été par exemple dans le cas du drame survenu à Meylan et de la fusillade à caractère raciste qui a eu lieu à Beaune. Dans ce cas précis, comme dans d’autres, ce sont les images des caméras qui ont permis d’identifier le véhicule d’où les coups de feu avaient été tirés et de favoriser l’interpellation des prévenus. Il faut donc sur cette question comme sur d’autres en matière de prévention et de sécurité savoir ce que l’on attend exactement des outils à disposition.

Comme votre Première Adjointe, nous ne pouvons que regretter que le Ministère de l’Intérieur n’ait pas décidé de faire de notre agglomération ou du moins d’une grande partie de celle-ci une zone d’expérimentation de la Police de Sécurité du Quotidien. Il n’est plus question de savoir qui est responsable de cette décision qui sonne comme un échec douloureux pour l’ensemble de notre territoire. Cela est d’autant plus incompréhensible que Grenoble et Echirolles avaient fait partie des territoires en ZSP et à ce titre engagé avec l’état un travail de longue haleine qui ne devait pas être interrompu en terme d’effectifs et de moyens attribués à la sécurité des Grenoblois.

Aujourd’hui, nous pouvions donc attendre de votre part un mot d’ordre de mobilisation générale, au lieu des remarques parfois blessantes et inutiles sur l’agitation réelle ou supposée des élus qui se sont exprimés. Qu’ils l’aient fait en mettant en cause les responsabilités de chacun est légitime et mérite une réponse claire, posée et argumentée.

Votre rôle est donc primordial dans le débat qui agite à juste titre notre ville et notre agglomération. Depuis le début de votre mandat, nous vous avons déjà interpellé à propos des questions de sécurité et du rôle joué par la ville et ses partenaires. Le débat public ne  peut s’organiser uniquement via les réactions destinées à la presse sur ces dossiers. Ce n’est sain pour personne, et seuls les extrémistes et les démagogues y trouveraient leur avantage. Nous vous avons demandé plusieurs fois d’organiser la présentation en Conseil Municipal de la politique cadre de la ville sur ces sujets. Votre première adjointe s’y était engagée. A ce jour, la présentation n’a toujours pas été faite.

Pourtant en lisant les annonces que vous faites ce jour, sur l’équipement en « Taser », sur l’aménagement d’un Dojo d’entrainement, sur le renforcement de la brigade de nuit, il est clair qu’il y a matière à présentation  et explication. Cela participerait aussi d’un travail permettant de rassurer sur ce qui est fait réellement.

Nous ne souhaitons pas que sur ces questions le débat s’engage seulement dans les tribunes avec les effets de manche et les postures qui faussent, et l’analyse, et l’explication des actions engagées.

Il faut que la stratégie territoriale des acteurs soit le plus clairement exposée et explicitée. C’est pourquoi nous vous demandons de bien vouloir organiser lors d’un prochain conseil municipal un temps de présentation et d’échange autour de la question des moyens et des partenariats de la ville sur les questions de sécurité. Ce temps d’échange pourrait nous permettre d’inviter les partenaires en question, de présenter ce qui est fait et les zones de difficulté à surmonter collectivement. Cela éviterait sans doute les remarques sur l’agitation supposée des uns ou des autres là ou nos concitoyens attendent des actes clairs et des précisions.

Nous sommes prêts à travailler en ce sens, et pour que notre propos soit concrètement compréhensible de tous, nous proposerons lors du prochain conseil un vœu adressé au Premier Ministre lui demandant instamment que Grenoble et l’agglomération entrent sans tarder dans le dispositif de Police de Sécurité Quotidienne. Ce vote démontrera qu’au-delà des paroles, nous sommes tous mobilisés pour la sécurité des Grenoblois et des Grenobloises. Nous espérons bien entendu que l’ensemble des Groupes du Conseil appuiera ce vœu. Nous appelons sur ce sujet à une véritable « union sacrée » pour obtenir les moyens adéquats.

Nous ne vous cachons pas monsieur le Maire, que nous attendrons votre réponse sur ces deux points avec la plus grande attention. La sécurité de nos concitoyens mérite clarté et engagement de tous pour résoudre un dossier qui abime l’image de notre ville dans des proportions qui ne sont pas acceptables.

Nous vous prions d’agréer monsieur le Maire en l’assurance de notre considération.

 

 

Jérôme SAFAR                    Anouche AGOBIAN                       Sarah BOUKAALA

 

 

Paul BRON               Georges BURBA                  Jeanne JORDANOV

 

 

Marie José SALAT                          Patrice VOIR

 

, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire