tetiere

Communiqué de presse – Mobilisation de tous les acteurs pour mettre fin à cette spirale de violence

Notre Groupe condamne avec la plus grande fermeté l’incendie criminel qui a touché la gendarmerie de Grenoble en détruisant  un entrepôt technique de 2 000 mètres carrés,  plusieurs garages  et véhicules ainsi que des bureaux.

Parce qu’en incendiant une gendarmerie, c’est la République qui a été attaquée, la première réponse doit être la plus grande fermeté et la sanction des coupables une fois ceux-ci identifiés.

Au-delà, il est dès aujourd’hui essentiel que l’ensemble des acteurs publics (élus, Préfet et Ministre de l’Intérieur…) se réunissent pour élaborer une réponse ferme et coordonnée à cette succession d’actes criminels inadmissibles qui depuis trois ans se multiplient à Grenoble.

Il est impératif de mettre rapidement fin à cette terrible spirale de violences urbaines.

En 2015 : incendies du Théâtre Prémol et des locaux de l’AJAV

En 2016 : attaques multiples de permanences de partis politiques (dont les mitraillages de la fédération du PS)

En 2017

  • Janvier :  attaque du bureau de police de la villeneuve ; attaque à la voiture bélier d’un local municipal sur Mistral
  • Avril : dégradation de 185 composteurs sur les 450 que compte le réseau de la SEMITAG et des abribus sont saccagés
  • Mai : incendie de nombreux véhicules sur le parking d’Enedis (anciennement ERDF)
  • Juin :  incendie du Collège Lucie Aubrac de la Villeneuve

Il est aussi important de rappeler les multiples fusillades, agressions sur les forces de l’ordre et véhicules de sécurité ou de pompiers.

Au-delà de ce travail collectif, le Maire de Grenoble et sa Première Adjointe en charge des questions de sécurité doivent quant à eux expliquer clairement, trois ans après avoir stoppé unilatéralement les efforts de la collectivité aux côtés de l’Etat, ce que la ville compte engager comme moyens humains et matériels au service de la sécurité et de la prévention des grenoblois.

Depuis deux ans maintenant, nous demandons que soit présenté le plan d’action en matière de sécurité publique promis par la Première Adjointe de Grenoble, elle est aujourd’hui dans l’incapacité de le faire clairement devant le conseil municipal.

Les décisions prises par l’actuelle majorité municipale :

  • De stopper toute vidéosurveillance, y compris celle des bâtiments publics
  • De sous employer les compétences et savoir-faire des policiers municipaux,
  • De stopper le redéploiement et l’armement de la Police Municipale en lien avec l’organisation des services de Police Nationale dans le cadre de la ZSP, sans aucune concertation avec l’Etat
  • De réduire le nombre de personnel au sein du service prévention de la ville, sans concertation avec le terrain ni information des Grenoblois.
  • de renoncer à la promesse de multiplier les postes de médiations, et au contraire de réduire les effectifs humains sur le terrain dans tous les quartiers de la ville

 

Le sujet est difficile, nous le savons, mais toutes ces décisions ont contribué ou contribuent à une impression de laisser –faire désastreuse qui engage la responsabilité des élu(e)s et qui ont pour conséquence de laisser les Grenoblois(e)s désemparés face à cette situation.

Plus grave encore, alors que les politiques de prévention et de sécurité demandent clarté et opiniâtreté, qu’elles se construisent sur des mois de travail et d’action, rien, aucun plan lisible et cohérent n’est venu remplacer ce qui était en place.

Le  « dé-tricotage » des politiques publiques laisse des pans entiers de notre ville dans une situation dramatique au détriment des habitants et de leur qualité de vie, ne peut constituer une politique publique. C’est encore plus criant dans les quartiers fragilisés, sans oublier les décisions en matière de politique de fermeture d’équipements publics qui sont vécus comme l’abandon par la ville des habitant(e)s de ces quartiers.

Redresser la situation, et reprendre le travail inlassable de prévention et de sécurité au service  de tous est indispensable. Sortir de la vision dogmatique en la matière est plus que jamais une nécessité, la prévention et la sécurité sont des politiques publiques qui demandent pragmatisme et réactivité au service de résultats attendus…et non des bavardages satisfaits pour élu(e)s déconnectés de la réalité et bornés dans leurs utopies..

Cela prendra malheureusement du temps et cette équipe municipale portera la lourde responsabilité du temps et du terrain perdus face à la délinquance qui pourrit la vie de nos quartiers.

 

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire