tetiere

courrier à Eric Piolle suite au départ des élus de la majorité de l’AG de l’UHCV

L’Union des Habitants du Centre-Ville (UHCV) a organisé son assemblée générale le 25 Avril 2018. Cette réunion devait être, comme chaque année, l’occasion d’un débat entre les Grenoblois et les élus de la Ville de Grenoble.

Dans la mesure où nos agendas le permettent, nous faisons en sorte d’assurer une présence lors de ces réunions qui favorisent l’échange et l’information des habitants du secteur sur les problématiques de vie quotidienne.

L’UHCV avait ce soir-là organisé le débat autour de thèmes faciles à identifier, la circulation la sécurisation des cheminements piétonniers, les nuisances liées au bruit, la tranquillité et l’aménagement urbain… un effort de présentation avec des rapports clairs et illustrés devaient permettre aux élus de la majorité municipale présents de répondre ou de donner des éléments permettant de comprendre les décisions lorsque celles-ci relevaient de la ville.

L’absence de réponses concrètes des élus aux questions précises posées par l’Union des Habitants du Centre-Ville et les Grenoblois présents a très clairement contribué à installer un climat ou la rumeur, les interpellations et les mouvements d’humeurs étaient particulièrement nombreux.

Cette pratique dénoncée par l’ensemble de la salle de la réponse « à côté » produit une exaspération grandissante et donne à la fois le sentiment de l’impréparation technique concernant des sujets pourtant connus à l’avance et une incapacité à expliquer et défendre les choix de votre municipalité et surtout leurs conséquences. L’exaspération est montée peu à peu au cours de la brève partie de la soirée et a donné lieu à un « clash » regrettable aboutissant au départ de l’ensemble des élus de la majorité présents.

Ceux-ci ont fait le choix d’un départ concerté et « par solidarité ». Tous, y compris l’Adjoint à la démocratie locale,  ont décidé de « planter » les plus de 100 Grenoblois venus pour échanger.

Cette attitude inédite est problématique et n’est pas à la hauteur de la qualité d’échange pourtant souvent évoquée comme préalable à une vie démocratique vivante et efficace. Cela passe par le respect mutuel, et plutôt que de partir face à l’adversité qui se manifestait bruyamment, il nous semble qu’il aurait été préférable pour tous de mettre les choses au point  mais de rester pour favoriser cet échange. De tout temps, les élus de Grenoble ont assumé la responsabilité de répondre aux questions posées par les Grenoblois. Le départ des élus ce soir-là est donc plus que regrettable. L’adjoint en charge de la démocratie aurait pu à nos yeux rester jusqu’au bout, quitte à demander justement à la salle de retrouver des modalités d’échange rassérénées et à pointer les difficultés communes qui venaient d’éclater. Il s’agit à nos yeux d’un moindre mal qui aurait évité le malaise réel consécutif au départ des élus.

Les réunions d’unions de quartier ne sont jamais simples, parfois houleuses, nous pouvons tous en témoigner. Mais il faut savoir se faire respecter sans oublier que les personnes présentes viennent avant tout pour parler de leur vie quotidienne et des problèmes rencontrés.

Parce qu’il n’est pas possible de prendre le risque de jouer à nouveau la politique de la chaise vide, nous vous demandons Monsieur le Maire de prendre les dispositions nécessaires afin que cela ne se renouvelle pas.

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire