tetiere

Conseil Municipal du 06 novembre 2017 – Rapport égalité entre les femmes et les hommes 2016-2017

Intervention de Sarah BOUKAALA

217 ans !

217 ans, c’est le nombre d’années, toute chose égale par ailleurs, que les femmes devraient attendre si rien n’est fait, pour obtenir enfin l’égalité salariale. Non seulement ce chiffre très récent du Forum Economique Mondial est impressionnant mais en plus il s’est empiré depuis l’an dernier. Ce chiffre qui ne concerne pas que la France mais 144 pays est, bien entendu, à prendre avec les précautions d’usage. Pour autant, il met en exergue une réalité malheureuse dans laquelle la France ne fait pas d’ailleurs partie des meilleurs élèves, concernant l’égalité salariale en tout cas, loin de là. C’est bien pour cela que chacun à son échelle doit faire les efforts nécessaires et que la charte européenne que nous avons adoptée en 2015 a toute son importance.

Comme j’avais pu le dire à l’époque, il s’agit là d’une politique ambitieuse. Pour que cette charte ne reste pas à l’état de bonnes intentions, il est nécessaire que tous les services et toutes les politiques thématiques portent cette charte. Il faut de plus que la ville sache travailler en partenariat intelligent avec les associations et les autres collectivités de son territoire.

Ceci n’est pas forcément dans nos habitudes alors autant le dire, je tiens à saluer la démarche portée par cette municipalité qui en tout cas se montre volontaire sur cette politique en ne la contenant pas à telle ou telle délégation.

On le rappelle, 4 grands axes fondent le plan d’actions. Nous examinons ce soir le rapport de bilan des années 2016-2017

Lorsqu’on rentre dans le bilan des actions mises en place sur les années 2016-2017, on peut constater tout de même que l’année 2017 fut moins dynamique que l’année 2016 et que les annonces faites pour l’année 2018. Cela donne le sentiment que l’année 2016 fut une année de nombreux démarrages d’actions, d’expérimentations et que celles-ci se concrétiseront et essaimeront à partir de 2018 et que l’année 2017 fut une année quelque peu entre parenthèse.

Sur l’axe 1et la présence des femmes dans l’espace public : nous remarquerons qu’il est dommage, qu’à ce jour, seuls deux secteurs aient été concernés par les initiatives associatives et que la ville ne se soit pas positionnée pour être à l’initiative (hormis la nomination des noms de rues ou d’équipements publics) d’autres actions sur les autres secteurs.

Sur l’axe 2 : La lutte contre les stéréotypes dès le plus jeune âge

Concernant la sensibilisation du personnel pour les agents du périscolaire et de la petite enfance, il nous semble que ceci pourrait aller un peu plus vite puisque nous en sommes au même point que l’an dernier et que l’action de sensibilisation annoncée devrait avoir lieu en 2018. Par contre, il est à annoncer le travail important des équipes des bibliothèques et de la direction petite enfance des ESAJE sur les outils supports et les malles pédagogiques.

Axe 3 : Sur le sport féminin et la mixité dans les pratiques : le succès rencontré par l’école municipale de foot féminin montre bien que lorsque l’offre sportive non-genrée existe et est encouragée, les filles s’emparent très vite de ces pratiques. Ceci doit nous encourager à diversifier cette offre et à prolonger le travail avec les associations sportives notamment au niveau de la mixité dans leurs instances dirigeantes.

Axe 4 : Le dernier volet sur lequel la collectivité s’est positionnée est primordial, c’est celui de la collectivité en tant qu’employeur. Elle se veut exemplaire et elle se doit bien évidemment de l’être. C’est un travail long qui ne dépend pas que de la volonté politique et qui peut connaitre des freins annexes qu’il est difficile de contourner. Je pense par exemple à l’écart de salaire qui dépend de l’ancienneté, des horaires et temps de travail, des filières administratives ou techniques, des catégories d’emploi…

Pour réussir l’égalité au sens le plus large, il faut donc réussir à travailler sur tous les fronts : sur les primes et régimes indemnitaires sur les jurys de recrutement, sur les conditions de travail, sur les stéréotypes de certains métiers qui sont encore aujourd’hui trop genrés…etc… A ce sujet, nous notons avec satisfaction le travail engagé ou à venir dans ce domaine comme par exemple l’expérimentation des CV anonymes ou les vestiaires non-mixtes par exemple.

Il nous semble important que les associations phares dans ce domaines soutenues par la Ville de Grenoble pour leur fonctionnement annuel ou lors d’évènementiels soient assurées de la pérennisation de leur subventions et que notre commune  (en tant que ville centre) continue à prendre toute sa place dans les réseaux institutionnels auxquels elle participe.

Enfin, nous attendons que les préconisations faites pour l’année 2018 dans le cadre du suivi et de l’évaluation de cette politique autour de la restructuration du plan d’actions, de l’interconnaissance des acteurs et du suivi des actions soient pleinement suivies.

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire