tetiere

Conseil municipal du 9 juillet – Avis sur le projet de Plan de Déplacement Urbain (PDU)

Intervention de Marie José SALAT

Notre groupe donnera un avis favorable considérant que le Plan proposé pose les orientations et enjeux qui s’imposent à nous aujourd’hui comme dans les années qui viennent.

Notre agglomération a connu durant ces 30 dernières années, un fort développement des transports en commun avec notamment la création de plusieurs lignes de Tram, une densification des lignes de bus et un développement des pistes cyclables. Ce PDU 2030  est donc adossé à cette réalité et doit donc afficher une ambition plus forte encore.

Cependant, nous posons 4 alertes :

1.         Puisque nous sommes à Grenoble, nous souhaiterions revenir sur Cœur de Ville Cœur de Métropole, car le PDU c’est aussi CVCM et CVCM est aussi une pièce déterminante de ce puzzle.

Chacun sait que notre groupe a émis des réserves claires sur les impacts de CVCM en termes de report de nuisances,  je veux parler de report de  pollution et de report du trafic hors périmètre de l’Axe Agutte Sembat Rey. Bien que le projet n’ait pas encore été pleinement réalisé, les premiers bilans se confrontent : celui de la Métropole qui estime que les choses sont « digestes » et puis celui de l’association Grenoble à cœur, qui apporte d’autres analyses plus alarmantes.

En tant que conseiller municipaux Grenoblois, nous souhaiterions en avoir le cœur net … et nous demandons à ce que régulièrement, des bilans intermédiaires nous soient présentés ici même.

Donner un avis sur le PDU aurait nécessité un premier échange à ce stade. Nous n’avons pas pu l’avoir. C’est bien dommage.

 

2.         Pour notre groupe, un PDU novateur doit pouvoir proposer de vraies alternatives à l’utilisation de la voiture. La question du développement  des  transports en commun doit demeurer une priorité absolue et les investissements qui y sont associés également.

Trains, trams, bus propres sont les vrais alternatives. Notre groupe insiste notamment sur la question des prolongements ou créations de nouvelles lignes de tram doivent être portés et défendus par l’ensemble des acteurs publics qui interviennent sur ce champ.

3.         Les pistes cyclables à Grenoble (et non d’autoroutes à vélo) doivent être confortées … et sécurisées. Ce qui veut dire aussi que les trottoirs doivent l’être également. Nous vivons aujourd’hui un conflit d’usage insupportable. Nous attendons de ce point de vue un vrai schéma directeur où piétons et cyclistes puissent cohabiter en toute sécurité et sérénité.

4  Pour faire le lien  avec la présentation du bilan annuel du schéma accessibilité qui sera faite, ce schéma doit également intégrer les attentes des personnes à mobilité réduite et en situation de handicap. On a pu voir leur mobilisation forte concernant la question des feux tricolores et pour ma part, je me réjouis qu’on ait pu revenir sur un certain nombre de points de vues un peu arrêtés en début de processus.

5.         Enfin, il y a un enjeu majeur à travailler sur l’accessibilité des zones d’activités économiques qui concentrent près de 45 % des emplois des métropolitain.

Bon nombre de Grenoblois et Grenobloises, travaillent dans des espaces économiques hors les murs : St Egrève, Meylan, Echirolles …   Dans le sens inverse, les habitants de d’autres communes viennent  travailler sur Grenoble.

Le volet « accessibilité des espaces économiques » du SDEE a donné lieu à un diagnostic de chaque zone d’activités et pôle d’emplois en matière de déplacements qui  a permis de croiser les remontées de terrain des entreprises.

Parmi les enjeux identifiés sur les espaces économiques, l’amélioration de l’accessibilité associée à la qualité des espaces publics apparait prioritaire. En effet, ces offre constitue à la fois :

–           Un élément clé du bon fonctionnement d’un espace économique

–           Un facteur de confort et de sécurité des salariés dans leurs déplacements domicile/travail

–           Un facteur d’image de marque et de valorisation des espaces économiques de la Métropole

 

Les acteurs socio-économiques ont relevé des manques importants dans l’offre de mobilité dédiée aux ZA (extraits choisis) :

« Le constat d’une desserte insuffisante des zones d’activité par les transports collectifs est à souligner. il conviendrait d’étudier les possibilités d’adaptation de tracés de certaines lignes structurantes pour mieux desservir les pôles d’emploi les plus denses. »

Les trajets à pieds ou en vélo au sein des zones d’activité sont souvent assez désagréables et peu sécurisés. Les cheminements piétons au sein des ZA doivent être travaillés ainsi que l’éclairage public.

Pour le développement du vélo, il serait utile d’installer des arceaux à vélo : il est aujourd’hui difficile d’y attacher son vélo. Il n’est pas forcément nécessaire qu’il s’agisse d’abris sécurisés.

Alors que le covoiturage sur les liaisons domicile-travail est à développer, il serait utile de créer des points de covoiturage bien identifiés.

Enfin, au regard des opportunités liées aux mobilités électriques, il convient de mener un inventaire des besoins des entreprises en matière de bornes électriques et de GNV. Celles-ci seraient à implanter sur l’espace public mais également sur l’espace privé, dans le cadre d’un conventionnement.

On peut regretter que ce diagnostic partagé n’ait pas donné lieu à une réponse plus ambitieuse dans le PDU, et surtout à des budgets (les actions en direction des espaces économiques n’ont aucun budget dans la proposition PDU).

Enfin quand on prend les transports en commun le matin, on est un petit peu serré comme des sardines. Il conviendrait peut-être que soit portée une attention particulière à ces milliers de salariés qui prennent les transports en commun le matin dans des conditions absolument inacceptables. Je l’ai dit à plusieurs occasions et notamment en exécutif de la métropole. C’est vraiment un enjeu et je trouve qu’il est indécent de voir un certain nombre de nos concitoyennes et concitoyens prendre les transports en communs tels qui sont aujourd’hui proposés.

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire