tetiere

Conseil municipal du 24 septembre 2018 – Défendre la sécurité des Grenoblois.e.s !

Voeu présenté par le groupe « Rassemblement de gauche et de progrès »

La ville de Grenoble et son agglomération connaissent depuis de nombreuses années un niveau de délinquance anormalement élevé. La présence d’une économie parallèle importante qui s’appuie sur le trafic de stupéfiants est un élément central du « paysage » de la délinquance de notre ville et de la métropole.

La violence installée dans notre ville n’est pas acceptable et inquiète nos concitoyens qui veulent être protégés et que leurs enfants le soient.

La sécurité est l’affaire d’un partenariat performant et efficace où chacun joue son rôle avec détermination. L’Etat doit se donner les moyens de soutenir les Grenoblois et les Grenobloises qui aspirent à la sécurité. La ville quant à elle est au centre de la coordination des actions et doit appuyer ces dernières en matière de prévention, les outils ne manquent pas, il faut que chacun les mobilisent pleinement.

Le temps n’est plus aux explications permettant de revenir sur les années passées et les responsabilités des uns ou des autres. Chacun sait que le nombre de policiers nationaux a diminué de plus de 100 entre 2008 et 2012. Les recrutements ultérieurs n’ont jamais permis de rattraper ce retard. La fragilité du dispositif d’ensemble, Police Nationale et Justice qui manquent cruellement des moyens adéquats dans ce cadre est connue de tous. Les Grenoblois veulent des actes et un engagement clair de tous.

La ville de Grenoble a fait des efforts considérables de recrutement, d’équipement et de professionnalisation au sein de la Police Municipale entre 2001 et 2014, faisant de cette dernière une des plus importantes en nombre pour une ville de cette taille. Les efforts ont été engagés aussi entre 2010 et 2014 en matière d’installation de la vidéo surveillance, de même que depuis 2001 en matière de soutien aux dispositifs de médiation et de prévention. Il faut surement faire plus encore et tous les élus municipaux doivent pousser en ce sens.

Grenoble avait au même titre que la ville d’Echirolles bénéficié du dispositif de ZSP en 2012, ce dernier avait permis le renfort des moyens de Police Nationale sur le terrain et de Police Judiciaire. Cet effort ne pouvait porter ses fruits que s’il était continu, cela n’a malheureusement été le cas.

Le gouvernement du Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé en 2017 lors de sa mise en place le lancement de l’expérimentation de la Police de Sécurité Quotidienne. A l’annonce des villes et quartiers retenus, l’absence de Grenoble et de toute ville de la Métro a été une surprise incompréhensible. Au-delà des responsabilités politiques réelles ou supposées des différents acteurs du dossier, il n’est pas possible d’en rester à cette annonce.

Grenoble ne pourra lutter contre le fléau de la violence et de la délinquance organisée sans un engagement fort et massif de l’Etat, c’est pourquoi nous demandons avec insistance et urgence que le gouvernement :

  • Engage la mise en œuvre de la Police de Sécurité quotidienne sur Grenoble et son agglomération (Echirolles et Saint-Martin d’hères).
  • Renforce et pérennise des moyens d’investigation supplémentaires par des effectifs supplémentaires et pérennes au sein de la Police Judiciaire et des services spécialisés.
  • Renforce les moyens de la justice pour lutter spécifiquement contre les trafics et leurs acteurs.

Ces signes et ces décisions accompagneront l’effort nécessaire déjà engagé par les collectivités et ceux qui resteraient à développer. La ville de Grenoble s’engage quant à elle, dans un esprit de partenariat à renforcer les pistes de travail communes avec l’état et les autres acteurs de la sécurité des Grenoblois.e.s au quotidien.

L’urgence de la situation commande la mobilisation de tous pour défendre la sécurité des habitant.e.s de notre ville !

Ce vœu est adressé à monsieur Edouard Philippe, Premier Ministre.

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire