tetiere

Conseil municipal du 05 novembre 2018 – Rapport Egalité femmes hommes dans la vie locale

Intervention de Sarah BOUKAALA

L’égalité femme-homme est un sujet particulièrement intéressant en matière de pratique politique parce qu’il y a deux manières de l’appréhender :

La première, c’est celle, hélas, adoptée par une autre collectivité où j’ai l’honneur de siéger, c’est à dire d’initier à minima quelques actions pour dire qu’on a fait quelque chose, mais sans réelle conviction. Et je ne résiste pas à ce sujet à vous répéter ce que nous avait dit le VP en charge de l’administration générale en préambule de son intervention sur le sujet avec un air désolé : « la loi nous contraint à prévoir un rapport chaque année » Plus motivé, c’était impossible !

La deuxième, c’est celle adoptée par la ville de Grenoble qui fait de cette question un vrai enjeu politique au sens noble du terme et donc se donne des moyens pour y répondre.

Signer une Charte européenne pour l’égalité femme-homme, c’est évidemment bienvenu en termes d’affichage mais cela ne fait guère avancer la cause si l’on en reste à l’écume des choses.

Ce qui nous agrée dans la démarche de la municipalité, c’est que sur ce dossier, les engagements, les paroles, sont dans une bonne mesure en adéquation avec les actes, tant au niveau de la collectivité proprement dite en tant que partenaire institutionnel des associations et membre d’un réseau d’acteurs publics.

Pour ce qui est de la ville en tant qu’employeur, nous trouvons pertinentes les réflexions et actions conduites pour briser certains plafonds de verres relatifs aux carrières professionnelles des femmes, l’adaptation des métiers pour qu’ils soient moins genrés, la mixité des filières.

Et à ce sujet, nous faisons notre le souci de constituer des jurys de recrutement mixtes tant il est vrai que dans trop de collectivités cette question-là semble curieusement absente de bien des décideurs.

Mesures qui nous semblent au demeurant plus pertinentes et plus signifiantes que l’utilisation de l’écriture inclusive même si nous pourrions en débattre pendant des heures. A ce sujet, vu que le de déploiement l’écriture inclusive fait partie de vos objectifs, je ne résisterai pas à vous adresser avec sourire, une petite pique, c’est la suivante : A un moment, il faut choisir : soit on écrit le rapport en écriture inclusive, soit on ne l’écrit pas mais ça ne peut pas changer entre les différents paragraphes.

Sur la page 10, cela prouvera que je l’ai bien lu, on passe de l’écriture inclusive à la non-inclusive pour y revenir ensuite. Ce qui prouve que les vieilles habitudes ont la vie dure mais passons.

Pour ce qui est de l’espace public, la volonté de favoriser l’appropriation des projets municipaux par tous les citoyens donc par les femmes est une bonne démarche. Insister sur le pouvoir d’agir des femmes dans les quartiers nous parait aujourd’hui comme essentiel.

Intégrer la dimension de mixité de genre et en faire un élément qualitatif comme la qualité de vie est importante. Associé en amont aux projets urbains tels que ceux de la Presque Ile, de l’Abbaye et de Flaubert. Je pense aussi des projets de renouvellement urbain comme la Villeneuve ou Mistral.

Je pense au projet de fresque sur l’histoire des femmes, le développement du sport féminin…

On pourrait s’étendre à loisir sur chaque action mais j’en resterai là.

Par contre, sur la ville en tant qu’employeur et sur le rapport situation comparée, on peut être un peu plus critique. Ainsi, la formation prévue pour les agents du périscolaire sur la lutte contre les stéréotypes n’a pu avoir lieu pour des raisons de calendriers, c’est tout de même très dommage. Des sessions de formation sur le thème de l’égalité auront lieu à la fin de cette année, soit 3 ans après le lancement du plan d’actions… C’est très long…. Pour les agents recruteurs, le module sur la lutte contre les discriminations, n’a pas eu lieu en 2018, il aura peut-être lieu en 2019. Bref, de mon point de vue, c’est là que le bât blesse même si nous reconnaissons les efforts engagés.

Enfin, je note l’effort particulier fait dans cette politique sur l’évaluation des actions, effort que l’on voit rarement et qui, pourtant, est essentielle aux politiques publiques.

Souhaitant terminer sur une note positive, je redis donc que notre groupe salue globalement ce rapport.

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire