tetiere

Conseil municipal du 5 février 2018 – Organisation des astreintes

Intervention de Patrice VOIR

Décidément, cela devient une habitude. Vous nous faites adopter en conseil municipal une délibération puis, au conseil municipal suivant,  vous l’abrogez et vous nous en présentez une autre.

Celle-ci concerne la refonte du périmètre et la modalité de prise en charge des astreintes  dont l’organisation datait de 2002 et concerne environ une cinquantaine de personnes.

La rémunération de ces astreintes n’a donc pas échappé à votre obsession des économies de fonctionnement comme pour l’ensemble de votre « plan de casse » que vous nommez « plan de sauvegarde », tout comme l’industrie appelle « plans sociaux » les « plans de suppressions d’emplois ».

La méthode employée,  le mépris, le refus du dialogue et de la négociation vous ont valu une grève de 11 jours de la part du Service Energie, l’explosion d’une girafe et une inondation au Muséum.

Au bout du compte, cette refonte des astreintes semble se résumer à l’éviction des photographes du tableau des astreintes. Ceux-ci étaient payés 100 € par week-end plus la majoration des heures travaillées. Pour eux cela fera une perte de 200 à 300 € par mois.

Mais du coup depuis le 1er décembre, la Ville fait appel à des photographes privés pour lequel elle paye un forfait de 450 € pour cinq heures travaillées.

Si cela laisse songeur en matière d’économies réalisées, on est bien dans l’esprit de votre plan de sauvegarde dont nous demandons toujours un bilan en matière d’emplois avec un organigramme précis.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire