tetiere

Conseil Municipal du 25 septembre 2017 – Engagements concernant l’évolution du réseau de lecture publique

Intervention de Sarah BOUKAALA

Nous interviendrons sur cette délibération à deux voix. Je ferai une intervention sur la forme et la méthode employée et Paul Bron prendra la suite plutôt sur le fond de la délibération et en quoi elle répond, enfin en quoi elle ne répond pas, aux enjeux très nombreux de l’avenir des bibliothèques de Grenoble.

Au vu de la mobilisation citoyenne de ce soir qui fait suite à plus d’un an de mobilisation continue lors de nos Conseils Municipaux, le moins qu’on puisse dire est que le sujet des bibliothèques est devenu un gros caillou dans votre chaussure, Monsieur le Maire. Et je ne pense pas que vous réussirez à vous en débarrassez ce soir, loin de là !

Eu égard à une mobilisation sans précédent du collectif des bibliothèques, on pouvait s’attendre à ce que vous répondiez enfin aux grenoblois par une délibération claire, détaillée, circonstanciée et qui nous sortirait de l’impasse actuelle. Malheureusement, il n’en est rien. Lorsque j’ai lu cette délibération, je suis passée par plusieurs sentiments, tout d’abord celui d’un profond étonnement voire d’une stupéfaction.

Votre majorité a eu du mal à la formuler cette délibération, cela s’est vu. En effet, nous avons eu une première version sur table lors des commissions rédigée probablement à la hâte pour « avoir quelque chose à présenter » et qui n’est pas celle de ce soir. Vous l’avez modifiée en prenant en compte certaines de nos remarques, je vous l’accorde.

Trop d’éléments étaient inacceptables dans la première version notamment car elle laissait penser que nous étions toujours dans la continuité du droit d’initiative citoyenne, de la pétition et de la votation citoyenne. Or, il n’en est rien, ne nous leurrons pas ! Et d’ailleurs je pense sincèrement que vous ne leurrez et vous ne leurrerez personne.

Rappelons-nous : Vous avez-vous-même, Monsieur le Maire, mis fin à tout ce processus de démocratie participative lorsque vous avez, en juillet dernier, refusé aux pétitionnaires du collectif des bibliothèques de passer à la votation citoyenne. Vous avez refusé cette possibilité au collectif des bibliothèques sous des prétextes qui n’en sont pas en invoquant la non-légitimité de vos interlocuteurs. Pourtant les choses sont claires « Si ma proposition n’est pas retenue, elle sera alors soumise à l’avis des Grenoblois-e-s dans le cadre d’une votation organisée par la Ville de Grenoble. ». Ce n’est pas moi qui le dit, c’est le site internet de la ville qui encore aujourd’hui présente les choses de cette manière. Vous avez tenté de décrédibiliser les nouveaux représentants du collectif alors même que les ex porte-paroles de celui-ci vous ont clairement demandé de ne pas le faire, à l’époque et encore aujourd’hui. Ils ont expliqué plus d’une fois que n’étant plus entièrement d’accord avec la majorité des membres du collectif sur les revendications et les suites à donner, ils préféraient passer la main. Mais ils n’ont jamais alerté, bien au contraire, sur la non représentativité du collectif comme vous avez tenté de le faire croire.

Bref, avec votre attitude, vous avez mis fin à un processus qui certes, pouvait ne pas vous plaire, qui certes était perfectible, mais qui était légitime et que vous aviez-vous-même mis en place. Malheureusement, je crois que ce soir-là, vous avez définitivement enterré le droit d’initiative citoyenne à Grenoble, une belle expérimentation de démocratie participative que notre groupe, tout en le trouvant bancal, avait décidé de valider et d’accompagner vers une amélioration. Je rappelle que c’est à notre initiative qu’un comité sur l’initiative citoyenne s’est mis en place. Celui-ci s’est réuni, a travaillé et vous a rendu des conclusions.

En juillet, vous nous avez démontré que tout ce travail était vain ! Vous aurez beau sortir une belle brochure sur la participation citoyenne, vous aurez beau faire la promotion des budgets participatifs, personne n’est dupe. Tout processus de pétition citoyenne et de votation n’aura plus de sens sous ce mandat. Vous avez montré que vous ne le respectez pas.

Nous avons donc eu par la suite cette nouvelle version de délibération où vous évoquez le dispositif d’interpellation citoyenne non plus dans le titre mais dans le corps seulement du texte. Vous tentez de faire croire par un tour de passe-passe très inélégant que vous répondez à la mobilisation de plus de 4000 grenoblois signataires de la pétition avec des engagements sur l’évolution du réseau de lecture publique.

Et du coup, je comprends pourquoi vous avez eu du mal à l’écrire cette délibération, c’est parceque vous essayez de trouver du lien et de faire sens là où il n’y en a pas. Du coup, on a un titre, un corps de délibération et le gras (ce qu’on vote) qui ne sont pas logiques. Vous vous réappropriez, en les transformant ou en les réduisant a minima les demandes des pétitionnaires. Hors, cette délibération, si elle évoque la pétition, n’est sans commune mesure avec les demandes du collectif et elle ne répond pas aux pétitionnaires, ni aux nombreux grenoblois qui se sont mobilisés mois après mois. Je me suis même demandé s’il manquait des éléments à votre délibération. Qu’apportez-vous de nouveau par rapport aux annonces faites au CM de juillet ? Pourquoi délibérez-vous ? Au vu des annonces faites, une simple conférence de presse aurait largement suffit ! D’ailleurs depuis quand vote-t-on des engagements à concerter ? Depuis quand vote-t-on pour entériner des comités d’usagers qui existent déjà ? Depuis quand vote-on, comme cela est proposé, pour « impliquer les grenoblois et usagers à la vie du réseau ? Cela fait partie de travail quotidien des services et des élus. Enfin, j’espère !

Je le disais tout à l’heure, j’ai donc d’abord été stupéfaite à la lecture et ensuite j’ai été en colère. En colère parce que vous nous demandez aujourd’hui de nous prononcer sur des éléments tellement flous qu’ils laissent encore plus planer le doute sur vos intentions. Je ne rentrerai pas dans le détail puisque Paul Bron y reviendra mais tout de même :

-vous allez engager une concertation (après plus d’un an de mobilisation citoyenne contre votre décision de fermeture de trois bibliothèques, c’est quand même le minima et c’est un peu trop tard !) : on ne sait pas pour combien de temps, ni pour arriver à quoi. En tout cas, si cette concertation a le même avenir que les chantiers des cultures dont nous n’avons aucune nouvelle, ça ne laisse présager rien de bon

– vous allez maintenir la bibliothèque Alliance. On peut s’en réjouir, il me semble, mais ne nous faites pas croire que cela était dans vos intentions de départ. De plus, il faudra voir si cet engagement répond pleinement et entièrement aux attentes du collectif notamment en terme de temps de travail des professionnels, d’ouverture de l’équipement et d’espace partagé avec d’autres acteurs ?

– enfin, vous allez mettre en œuvre des relais lecture sur Ile Verte-Notre Dame-Hauquelin et le Village Olympique dont on ne sait pas très bien comment ils vont fonctionner.

Nous prenons acte mais en fait ceci n’a pas lieu d’être dans une délibération. Vous l’avez déjà dit en juillet. Revenez nous voir quand vous aurez avancé, quand vous aurez des éléments concrets à proposer.

Mais surtout, ce qui me m’a mise en colère, c’est votre manière de travestir les attentes d’un collectif engagé dans un processus que vous avez même ouvert et qui a cru dans votre démocratie participative.

Cette délibération est au mieux une tentative ratée d’engager le dialogue. Au pire, elle est une manière de vous dédouaner de vos engagements de campagne et une manœuvre politicienne d’une majorité « mal à l’aise  dans ses baskets », pardonnez-moi cette expression, qui ne s’est plus comment sortir de l’impasse où elle s’est enfermée.

Sur ce je laisse la parole à Paul Bron pour qu’il puisse revenir sur le fond de vos propositions.

, , , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire